Flore - RNNPM

Flore

La RNNPM protège une mosaïque d'habitats unique en France métropolitaine. Cette diversité est due à un réseau hydrologique de mares et ruisseaux temporaires méditerranéens et à une nature de sol tantôt xérophile (sèche et peu profonde), tantôt mésophile (humide et profonde). Cette variété de milieux naturels abrite ainsi pas moins 90 plantes vasculaires recensées comme d'intérêt patrimonial. Parmi elles, 58 sont protégées ! 

Bien que toutes les plantes protégées soient considérées à enjeux, le plan de gestion de la RNNPM a identifié celles pour lesquelles mettre en œuvre des actions directes spécifiques pour leur importance dans l'écosystème : ce sont les espèces à enjeux majeur ou très fort pour la RNNPM. 

 

  • La vesce plaisante (Vicia laeta) 

C'est une plante légumineuse volubile, pubescente, à tiges grêles, anguleuses, de 20 à 50 cm de longueur. Ses feuilles sont terminées par une vrille rameuse ayant 3 à 6 paires de folioles tronquées au sommet. Elle se trouve exclusivement dans les châtaigneraies-chênaies entretenues de façon traditionnelle sur sols profonds. Les seules populations de France sont connues en Corse et dans le Var, uniquement aux Mayons et au Cannet-des-Maures. Une seule station est présente dans la RNNPM. Sa floraison a lieu entre avril et mai. 

  • La nivéole élégante (Leucojum pulchellum) 

C'est une plante bulbeuse vivace de 30-50 cm, avec de 1 à 4 petites fleurs à divisions étroites, elliptiques, blanches nettement tachées de vert au sommet. En France c’est une plante rare, qu’on ne rencontre que çà et là dans quelques stations isolées, notamment en Bretagne où elle est probablement spontanée. Dans la RNNPM, les rares stations connues se situent en ripisylve de l'Aille vers la basse Verrerie ou sur des talus du Riautor. Sa floraison a lieu entre avril et juin. 

  • La silène corse (Eudianthe laeta) 

C’est une annuelle gracile, glabre, à racine pivotante, d’une hauteur de 10 à 60 cm. Ses fleurs sont rose clair, de 6 à 10 mm de diamètre et longuement pédiculées. Sa capsule est globuleuse et comporte 10 dents. Elle est présente en Afrique du Nord, Espagne, Italie et rarement en France (Gironde, Corse et Var). Elle n’a été inventoriée qu’une seule fois sur la RNNPM sur la commune de Vidauban près de l'ancienne scierie de l’Aille. Sa floraison a lieu entre avril et juin. 

  • L’isoète voilé (Isoetes velata) 

C’est une fougère à bulbes archaïques, vivace, amphibie voire aquatique des mares et ruisselets temporaires méditerranéens. Elle est reconnaissable à ses longues et fines feuilles vert clair (8-20 cm) disposées en touffe et dressées. En France, Isoetes velata se retrouve sur le littoral méditerranéen et la Corse. Bien connue dans certaines mares cupulaires du Var, l’espèce à été récemment découverte dans la plaine des Maures, où elle reste rare (moins de 10 stations actuellement connues dans la RNNPM). Sa floraison a lieu entre avril et juillet. 

  • Le maceron perfolié (Smyrnium perfoliatum) 

Cette apiacée (ombellifère) se reconnaît facilement à ses feuilles supérieures en cœur embrassant largement la tige. L’inflorescence est d’un jaune d’or assez caractéristique. Sur la RNNPM, la plus belle station de Smyrnium perfoliatum se trouve en ripisylve du Mourrefrey sur la commune du Cannet-des-Maures. La RNNPM y pratique une gestion conservatoire. Une mise en défens des stations permet une protection contre le pâturage bovin et une fauche tous les 2 ans permet les germinations en limitant l’extension des ronces. Sa floraison a lieu entre mars et mai.

  • L'isoète de Durieu (Isoëtes duriei) 

C’est une fougère archaïque naine, reconnaissable à son bulbe entouré d’écailles noirâtres. Les feuilles vert foncé sont filiformes et tubulaires, étalées au sol en hélice. Cette espèce se rencontre sur tout le pourtour méditerranéen. En France, elle est notamment fréquente sur la ceinture permienne, où se situe la RNNPM. Elle se développe sur terrain siliceux, sur les pelouses sableuses humides des bords de mares et ruisseaux temporaires dont elle est l'espèce indicatrice. 

  • La renoncule de revelière (Ranunculus revelieri subsp.rodiei) 

Appelée également renoncule de Rodié, cette petite renoncule amphibie est endémique du Var. Elle est assez proche de la renoncule à feuilles d’Ophioglosse, dont elle se différencie par ses feuilles basales ovales jamais en cœur et par la taille de ses pétales jaunes qui sont plus petits que les sépales. Cette sous-espèce du Var se distingue (très faiblement) du type Corse par ses sépales à poils épars et non densément velus. Les stations mondiales se situent essentiellement dans la RNNPM, où elle est assez commune. Elle s’établit en bordure des mares, dépressions et cuvettes humides plutôt sur les secteurs sud de la réserve sur le piémont des Maures. La responsabilité de la RNNPM dans la conservation de cette renoncule endémique est extrêmement forte. La floraison débute en avril, pour se terminer en juillet.

Pour aller plus loin, téléchargez la liste des espèces faunes-flores inventoriées au 1er plan de gestion