Espèces exotiques envahissantes - RNNPM

Espèces exotiques envahissantes

Une espèce exotique envahissante (EEE) est une espèce introduite par l’homme en dehors de son aire de répartition naturelle (volontairement ou fortuitement) et dont l’implantation et la propagation menacent les écosystèmes, les habitats ou les espèces indigènes avec des conséquences écologiques et/ou économiques et/ou sanitaires négatives (définition de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), de la Convention sur la diversité biologique, du Parlement européen et du Conseil de l’Europe).

Les EEE se rencontrent dans tous les groupes taxonomiques : virus, champignons, algues, plantes vasculaires, invertébrés, reptiles, amphibiens, oiseaux, poissons, mammifères, etc.

Leur introduction se fait par les transports de marchandises, par les déplacements des biens et des personnes, pour des raisons ornementales, pour des activités de loisirs ou encore pour des activités commerciales. Elles sont reconnues comme l’une des principales causes de l’érosion de la biodiversité à l’échelle mondiale de par leur capacité à se propager au détriment des espèces locales et à transformer les milieux sur lesquels elles sont. Elles menacent donc les espèces indigènes, les habitats naturels et les services rendus par les écosystèmes, mais également les activités économiques et la santé humaine. 

La RNNPM n'est hélas pas épargnée. Les secteurs les plus colonisés par les EEE sont les bords de cours et pièces d’eau (rivières, ruisseaux, ruisselets temporaires, lacs et mares), les linéaires le long des voies pénétrantes (routes et pistes), les abords d’enclaves habitées avec jardin, les abords de l’installation de stockage des déchets non dangereux de Balançan, les abords des vignes et les anciennes plantations forestières.

Suite à deux campagnes de recensement réalisées en 2013 et en 2019, une hiérarchisation des espèces sur lesquelles la RNNPM se doit d’intervenir pour essayer d'endiguer leur propagation (au regard de leurs impacts sur les espèces locales et/ou les milieux) a été établie et des actions spécifiques d'inventaire et de lutte sont prévues et mises en œuvre.  

Les espèces visées sont : 

  • la jussie à grande fleur (Ludwigia grandiflora) : une plante aquatique vivace aux longues tiges horizontales avec des fleurs jaune vif à 5 pétales qui ont fait son intérêt ornemental, à l'origine de son introduction dans plusieurs pays, comme ornement des bassins dans les jardins.

  • les figuiers de barbarie (Opuntia stricta et Opuntia engelmannii) : des arbustes vivaces succulents de 50 cm à 3 m de haut, de la famille des cactées. Il provient d'Amérique Centrale et a été importé par les marins au XVIe siècle, pour lutter contre le scorbut.

  • le mimosa (essentiellement est Accacia dealbata). Originaire du sud-est de l’Australie et de Tasmanie, il s’est naturalisé dans le bassin méditerranéen. Il pousse spontanément sur sols acides, à proximité des plantations et dans les aires perturbées. Il est fortement déconseillé de planter ou de propager cette espèce dans le milieu naturel.

  • l’ailante (Ailanthus altissima) est une espèce d'arbres à feuilles caduques de la famille des simaroubaceae. Il est originaire des régions allant du sud de la Chine à l’Australie. L’utilisation de cette espèce est à proscrire dans les espaces naturels protégés et à proximité.

  • l’herbe de la pampa (Cortaderia selloana). Originaire d’Amérique du Sud, cette plante se développe principalement dans les milieux perturbés comme les talus, les bords de chemins, les friches, les remblais, les bords de routes et de voies ferrées. Elle est également présente à proximité de nombreux habitats remarquables comme les zones humides.

  • le paspale dilaté (Paspalum dilatatum), également appelé “herbe de Dallis” ou “millet bâtard”, est une herbacée vivace originaire d'Amérique et d'Afrique centrale. 

  • le pyracantha, communément appelé “buisson ardent” est un genre de buisson persistant et épineux de la famille des rosaceae. Il est originaire de l'Europe méridionale et d'Asie mineure. 

  • la tortue de Floride (Trachemys scripta elegans) est une tortue à tempes rouges de la famille des emydidae, présente à l'état naturel en Amérique du nord, d'où elle est originaire. Entre 1985 et 1994, plus de 4 millions de tortues de Floride ont été importées des Etats-Unis en France, comme animal de compagnie. La tortue de Floride s'est acclimatée aux étendues d'eaux de la plaine des Maures. Le climat chaud et humide ainsi que l'absence de prédateur naturel lui permettent de se reproduire et de proliférer, au détriment de la cistude d'Europe.

  • l’écrevisse américaine (Orconectes limosus) est une espèce de crustacés de la famille des cambaridae, originaire de la côte est des États-Unis. 

Pour aller plus loin, consultez le site du Centre de ressources espèces exotiques envahissantes