Climat - RNNPM

Climat

La RNNPM bénéficie d'un climat méditerranéen :

  • Les températures 

Les températures moyennes annuelles (jour et nuit) sont de l’ordre de 13 à 15 °C, selon que l’on se trouve au pied du massif des Maures comme aux Mayons ou plus dans la plaine comme au Luc-en-Provence. Les températures moyennes peuvent être relativement élevées, notamment l’été avec des normes bien supérieures à 20°C et approchant les 25°C. La forte différence observée entre les températures hivernales et estivales est due à la présence du massif des Maures, qui entraîne une atténuation de l'influence maritime, mais reste caractéristique d’un climat méditerranéen. Ainsi, les moyennes des minima hivernaux sont toujours supérieures à 0° C et les moyennes des maxima estivaux sont supérieures à 30°C. Le nombre de jours de gelée est assez élevé (52 jours).

  • Les précipitations

La pluviométrie de la plaine des Maures est plus élevée que sur le littoral du fait de la proximité des massifs montagneux. Entre 2010 et 2019, le cumul des précipitations annuelles était en moyenne de 894 ml. L'observation des précipitations moyennes permet de constater une répartition saisonnière marquée avec 60 % des précipitations réparties principalement sur l'automne puis le printemps. Des données caractéristiques du climat méditerranéen. On peut également observer une forte irrégularité des pluies, tant au niveau annuel, avec une alternance d'années sèches et d'années humides (entre 2010 et 2019, le cumul des précipitations a varié de 355 ml en 2017 à 1 418 ml en 2018), que mensuel, avec de forts écarts d’un mois à l’autre. Les précipitations présentent également un caractère orageux et une forte intensité typique des régions méditerranéennes, favorisant le risque de crues et l'érosion importante des sols, en particulier sur les sols nus.

  • Le vent et l'ensoleillement

La période estivale peut s'étaler de mai à septembre. Elle se caractérise par un fort ensoleillement (la moyenne annuelle étant de 2 800 heures/an) et un déficit pluviométrique important. Le vent dominant, le Mistral, contribue fortement à accentuer les effets de la sécheresse en favorisant l'évaporation des points d'eau et l'assèchement des végétaux par transpiration. Ces conditions climatiques aboutissent le plus souvent à une période d'étiage sévère, allant jusqu'à l'assèchement total des mares, ruisseaux et parties de rivières.